Installer Ubuntu pour accélérer son virage vers le libre

Merci à Benoit Leseul et Nicolas André pour la relecture

Je décrirai dans un autre billet ce qui s’est passé durant ce nouveau hiatus de mon blogue. À mon avis, le sujet de celui-ci devrait intéresser davantage de gens: comment je suis parvenue à installer la distribution Ubuntu sur mon nouvel ordinateur portable.

Capture d'écran de la page «Amorçage de l'ordinateur sur le média d'installation d'Ubuntu» effectuée le 26 juillet 2022 sur la documentation francophone d'Ubuntu

Capture d’écran de la documentation francophone d’Ubuntu

J’ai écrit ce billet parce que je n’ai pas trouvé la documentation d’Ubuntu-fr très facile à suivre pour les premières étapes: elle est très touffue avec beaucoup de liens vers des sous-pages.

C’est normal que la documentation parte dans tous les sens parce que les étapes initiales dépendent beaucoup de l’ordinateur sur lequel on veut faire l’installation. Il serait impossible de présenter tous les cas de figure, notamment pour réussir à accéder au BIOS ou au menu d’amorçage (boot menu).

Capture d'écran de la page «Boot from USB flash drive» effectuée le 26 juillet 2022 et tirée du tutoriel «Install Ubuntu desktop»

Capture d’écran de la page «Boot from USB flash drive» du tutoriel Install Ubuntu desktop

Par contraste, les instructions en anglais sont bien streamlinées, comme on dit en bon français, avec 12 étapes clairement indiquées dans un panneau à gauche. La mise en page aérée donne l’impression que l’installation est plus simple à faire que celle qui se dégage du texte par moment très dense du wiki utilisé pour la documentation francophone.

Par contre, à l’étape cruciale où on doit amorcer (démarrer) l’ordinateur à partir d’une clé USB, la documentation n’est pas suffisante pour aider à naviguer les difficultés que j’ai rencontrées.

Ajoutons que la documentation en français ne semble pas complètement à jour, même si les différences que j’ai constatées n’étaient pas très importantes.

Ces insuffisances dans la documentation rendent malheureusement le tout moins accessible aux personnes curieuses du libre qui s’y connaissent mal en matériel informatique. Je vous présente donc ce que j’ai fait dans l’espoir que ça rende le passage à un système d’exploitation libre moins épeurant.

Mon processus de sélection et d’installation

Ci-dessous vous trouverez la marche que j’ai suivie (plutôt que la marche à suivre, comme ça dépend de votre ordi) pour passer à Linux sur le portable qui m’a été fourni par mon employeur (sans soutien technique, donc avec tous les pouvoirs d’administratrice).

La documentation francophone d’Ubuntu propose quatre étapes; celle en anglais en énonce 12. De mon côté, je divise mon processus en cinq grandes étapes:

  1. Choisir une distribution à tester;
  2. Créer un média d’installation (formater une clé USB amorçable ou bootable);
  3. Amorcer (démarrer) l’ordinateur à partir du média d’installation;
  4. Tester la distribution;
  5. Installer la distribution.

Je termine avec une conclusion où je présente mes premières impressions d’Ubuntu.

Au final, comme j’ai testé deux distributions différentes, j’ai effectué toutes les étapes deux fois sauf la dernière.

Photo d'une clé USB vendue par l'association ubuntu-fr permettant de tester et d'installer les dernières versions d'Ubuntu

Clé USB permettant de tester et d’installer les dernières versions d’Ubuntu
Source: EnVenteLibre

Les plus périlleuses étapes sont les deuxième et troisième: créer un média d’installation et amorcer l’ordi à partir de celui-ci. Pour pallier la première de ces difficultés, la boutique de l’association francophone d’Ubuntu, EnVenteLibre, vend pour 22€ (en date du 22 juillet 2022 =P) une clé USB contenant les dernières versions d’Ubuntu et de ses variantes.

En revanche, booter à partir de la clé USB, comme on dit en bon français, demeure un défi qu’il faut relever soi-même parce qu’il dépend totalement du modèle d’ordinateur qu’on utilise.

Spécifications du matériel

Modèle
HP EliteBook 845 G8 Notebook PC
Mémoire
16,0 Gio
Capacité du disque
512,1 Go

Systèmes d’exploitation

Windows
Windows 10 Pro, version 20H2 (déjà installé)
Linux
Ubuntu 22.04 LTS, l’acronyme de long-term support (installé)
Ubuntu Budgie 22.04 (testé)

Allez, on y va!

Choisir une distribution à tester

Bravo! Vous voulez passer au libre, et ce, pas juste en matière de formats (.odt ou .ods plutôt que .docx ou .xlsx) ou de logiciels (Firefox comme navigateur, VLC comme lecteur multimédia), mais aussi pour ce qui est de votre système d’exploitation? Vous voulez utiliser Linux?

Parfait, mais on ne peut pas installer Linux…

Linux est un noyau de système d’exploitation (kernel en anglais), ce n’est pas un système d’exploitation en soi, même si le terme désigne maintenant toute une famille de systèmes d’exploitation qui sont fondés dessus. Il faut donc choisir une distribution précise à installer pour pouvoir «utiliser Linux», et il y en a des dizaines.

Un dendrogramme qui place sur une ligne du temps l’arborescence des distributions Linux qui se multiplie donne le vertige. Je ne le reproduirai pas dans ce billet parce qu’il prend trop de place, mais allez voir ça sur Wikipédia!

Devant autant de choix, comment choisir sa distribution?

Comment choisir sa distribution?

Une distribution Linux, c’est un système d’exploitation à part entière. Pour le commun des mortels, la différence entre Windows et Mac bien plus que le matériel (hardware) qui diverge aussi c’est l’interface graphique, l’esthétisme et la fonctionnalité de l’environnement de travail.

Comme j’arrive de Mac, j’ai cherché une distribution qui s’en rapprochait. J’ai trouvé sur cette mauvaise traduction française d’un article en espagnol que elementary OS était la meilleure distribution pour les utilisateurs et utilisatrices Mac.

Capture d'écran du bureau d'elementary OS 6.1 Jólnir

Bureau d’elementary OS 6.1 Jólnir
Source: elementary OS

Mon conseiller informatique, aka mon chum, m’a avertie qu’il valait mieux choisir parmi les variantes officielles d’Ubuntu pour éviter de se retrouver avec des problèmes concernant les pilotes (drivers en anglais). Ubuntu est reconnue pour être la version facile d’accès et grand public de Linux.

J’ai donc laissé tomber l’idée de tester elementary OS et je me suis tournée vers Ubuntu.

Comment choisir sa variante Ubuntu?

Même avec Ubuntu, on est confronté à plusieurs variantes, appelées plus poétiquement flavours en anglais.

La page d’accueil d’Ubuntu-fr, la communauté francophone des utilisateurs et utilisatrices d’Ubuntu, propose des captures d’écran des différents environnements graphiques de la première variante et des six variantes officiellement reconnues. En m’appuyant sur ces images, j’ai choisi de tester Ubuntu Budgie. Mon chum, lui, utilise Ubuntu MATE.

Capture d'écran du bureau d'Ubuntu Budgie avec le dock Plank à gauche et le panneau multifonction Raven à droite

Bureau d’Ubuntu Budgie avec le dock Plank (à gauche) et le panneau multifonction Raven (à droite)
Source: Wiki ubuntu-fr

Grâce à cette phase de test, j’ai constaté que le critère le plus important pour moi est la localisation (ou régionalisation). Au moins la moitié de l’interface d’Ubuntu Budgie n’était pas traduite en français, et ça m’a irritée au plus haut point. Les titres des onglets des paramètres («Son», «Écrans», «Clavier») par exemple n’étaient pas traduits, ce qui me semble pourtant élémentaire.

Mon conseiller informatique m’a donc suggéré d’y aller avec la première variante, à laquelle davantage d’attention est portée parce que c’est la principale dont découle les autres. J’ai testé et, effectivement, l’interface est pas mal toute traduite. Je n’ai rien trouvé d’offensant à son environnement graphique, donc j’ai procédé à l’installation.

Capture d'écran du bureau de la première variante d'Ubuntu

Bureau de la première variante d’Ubuntu
Source: ubuntu-fr

Revenons donc en arrière et voyons comment je suis parvenue à tester ces variantes.

Créer un média d’installation (formater une clé USB amorçable ou bootable)

Tel qu’indiqué dans l’introduction, on peut se sauver le trouble de créer un média d’installation en achetant une clé USB qui contient déjà toutes les variantes officielles d’Ubuntu. Elle coûtait 22€ en date du 22 juillet 2022.

Autrement, j’y suis parvenue en quatre sous-étapes:

  1. Télécharger un fichier du site d’Ubuntu-fr;
  2. Trouver une clé USB avec une capacité suffisante pour contenir ledit fichier;
  3. Télécharger un logiciel pour formater ladite clé;
  4. Formater ladite clé avec ledit fichier.

Ces étapes sont aussi décrites dans la documentation d’Ubuntu-fr, mais dans le désordre, comme dans les recettes où on camoufle des étapes dans les ingrédients en parlant d’un «oignon, hâché finement». Par ailleurs, une option qu’elle propose de sélectionner n’a pas fonctionné dans mon cas.

On parle de «média d’installation» parce que la documentation explique aussi qu’on peut graver l’image disque sur un DVD, mais je n’ai pas eu d’ordinateur qui pouvait lire des DVD depuis belle lurette!

Télécharger une image disque à partir du site d’Ubuntu-fr

Le fichier à télécharger, c’est une image disque, ou image ISO parce que c’est le format le plus commun pour ce type de fichier. On y parvient facilement sur la page de téléchargement du site d’Ubuntu-fr.

Trouver une clé USB avec une capacité suffisante pour l’image disque

Je précise cette étape parce qu’elle n’apparaît pas dans la documentation d’Ubuntu-fr et qu’elle m’a pris un certain temps à compléter.

Transformer une simple clé USB en clé amorçable, à partir de laquelle on peut démarrer un ordinateur sur un nouveau système d’exploitation, ça efface tout ce qu’elle contient. Il faut donc s’équiper d’une clé dédiée à la tâche: on ne peut pas utiliser celle sur laquelle on conserve des fichiers auxquels on veut encore pouvoir accéder.

Mon conseiller informatique m’avait fourni une clé USB qu’il avait déjà utilisée pour installer une distribution Linux. Toutefois, à 2 gigaoctets, elle n’avait pas suffisamment de place pour la distribution d’Ubuntu Budgie que je voulais tester. Je suis donc partie à la recherche dans mon université d’une clé USB avec une plus grande capacité et j’ai fini par trouver.

Pour savoir la capacité nécessaire de la clé USB qui vous servira de média d’installation, vérifiez la taille de l’image disque téléchargée.

Télécharger un logiciel pour formater la clé

Sur Mac, on peut formater la clé dans le terminal et Ubuntu vient par défaut avec un logiciel qui permet de le faire. Sur Windows, il faut télécharger un logiciel pour y parvenir.

Ubuntu-fr recommande le logiciel libre Rufus, parfaitement localisé en français et dans beaucoup d’autres langues. Le tutoriel en anglais d’Ubuntu emploie plutôt balenaEtcher parce que c’est un logiciel qui peut être utilisé tant sur Windows que sur Mac et Linux.

Pour ma part, j’ai utilisé Rufus 3.19.1911.

Formater la clé avec l’image disque

Voici les étapes que j’ai utilisées pour créer mes médias d’installation pour Ubuntu Budgie puis Ubuntu dans Rufus, adaptées de la documentation d’Ubuntu-fr:

  1. Insérer la clé USB dans l’ordinateur.
  2. Ouvrir Rufus.
  3. Accepter l’éventuelle demande d’autorisation de Windows.

Tout se trouve dans la fenêtre du logiciel qui s’ouvre ensuite. Les instructions suivantes parcourent les différentes sections de haut en bas.

Capture d'écran de Rufus 3.19.1911

Capture d’écran de Rufus 3.19.1911 effectuée le 21 juillet 2022

Options de Périphérique
Périphérique
Sélectionner votre clé USB.
Type de démarrage
Cliquer sur le bouton «SÉLECTION» à droite pour choisir dans vos fichiers l’image disque téléchargée à partir du site d’Ubuntu-fr.
Schéma de partition
J’ai d’abord essayé avec l’option par défaut «MBR», qui est aussi recommandée dans la documentation d’Ubuntu-fr. La clé ne fonctionnait pas, mais en refaisant l’opération avec «GPT», ç’a marché.
Options de Formatage
  1. Cliquer sur la flèche pour afficher les options avancées.
  2. Sélectionner «Vérification de mauvais blocs».

Lorsque j’ai reformaté la clé pour tester la première variante d’Ubuntu après avoir été déçue de la localisation d’Ubuntu Budgie, j’ai décoché cette case parce qu’il n’était pas nécessaire de refaire cette opération qui prend beaucoup de temps.

Statut
  1. Cliquer sur «DÉMARRER» en bas.
  2. Confirmer qu’on veut reformater la clé.

L’opération prend une dizaine de minutes. Une fois terminée, votre clé USB peut charger une session autonome (live) de la variante Ubuntu que vous avez choisie de tester.

Avec cette clé USB qui vous servira de média d’installation, vous pourrez utiliser Ubuntu comme si la distribution était installée sur votre ordinateur. Il ne sera pas possible par contre d’enregistrer des fichiers ou des modifications qui seraient accessibles lorsqu’on redémarre l’ordi sous son système d’exploitation habituel ou dans une prochaine session amorcée à partir de la clé USB.

Il faut à présent s’assurer que l’ordinateur sait que c’est à partir de la clé USB qu’il faut amorcer («booter») plutôt qu’à partir du système d’exploitation installé sur le disque dur.

Vous pouvez maintenant redémarrer l’ordinateur avec la clé USB dans un des ports et espérer que c’est elle qui sera chargée.

Amorcer (démarrer) l’ordinateur à partir du média d’installation

Le tutoriel Install Ubuntu desktop est très optimiste: il indique que l’ordinateur devrait immédiatement reconnaître le média d’installation et afficher l’interface graphique de droite qui permet de commencer à tester la distribution.

Capture d'écran de l'interface GNU GRUB version 2.06 proposant d'essayer ou d'installer Ubuntu («Try or Install Ubuntu») Interface GNU GRUB Capture d'écran de l'interface graphique permettant de sélectionner la langue dans laquelle on essaie ou on installe Ubuntu Interface graphique

Source: Pradeep Antil, «Ubuntu 22.04 LTS Installation Guide with Screenshots», LinuxBuzz, 22 avril 2022.

La documentation en français dédie une première section à l’amorçage avant de passer à la présentation des deux écrans ci-dessus.

Si vous tombez sur l’écran de gauche, il suffit de faire un retour de chariot (appuyer sur Enter) pour vous rendre à l’écran de droite, et vous pouvez tout de suite passer à l’étape suivante: tester la distribution.

Si votre ordinateur lance votre système d’exploitation habituel, mauvaise nouvelle: il va falloir passer à travers la dure étape qui suit.

Ça veut dire quoi, amorcer?

Amorcer (to boot), c’est l’étape juste après qu’on ait allumé l’ordinateur lors de laquelle le noyau du système d’exploitation est chargé.

Comme l’explique une sous-page de documentation d’Ubuntu-fr, le système de base d’entrée/sortie (mieux connu sous son acronyme anglais BIOS pour Basic Input Output System) est responsable de déterminer le système d’exploitation qui sera amorcé.

BIOS vs UEFI

Source: Mikaël Guillerm, «Les différences entre BIOS et UEFI», tech2tech, 30 octobre 2019

En fait, pas tout à fait…

Depuis la rédaction de cette page, la unified extensible firmware interface (UEFI) a succédé sur certaines cartes-mères au BIOS, comme l’explique Wikipédia. Il s’agit d’une spécification technique qui définit une interface entre le micrologiciel (firmware) et le système d’exploitation d’un ordinateur.

Ce qu’il faut retenir, c’est juste que sur le plan terminologique, dans certains cas, on cherche à accéder à l’UEFI plutôt qu’au BIOS.

Si votre ordinateur lance votre système d’exploitation habituel, c’est que l’ordre d’amorçage le fait passer avant les clés USB. Pour remédier à ce problème, il faut trouver la touche qui permet d’accéder à la configuration du BIOS/UEFI sur son modèle d’ordinateur puis aller y changer l’ordre d’amorçage.

Encore une fois, les instructions précises pour cette étape dépendent complètement du modèle d’ordinateur. Je vous présente donc comment j’ai procédé en espérant que ça vous incite à ne pas vous décourager et à #fairevospropresrecherches.

Trouver la touche pour accéder à la configuration du BIOS/UEFI sur son ordinateur

Pour accéder au menu où on pourra changer l’ordre d’amorçage, il faut appuyer sur une touche avant que le système d’exploitation ne démarre. La touche en question, pour nous faciliter la vie, dépend entièrement du modèle de l’ordinateur.

La documentation d’Ubuntu-fr offre une liste des touches pour accéder à la configuration du BIOS et au menu d’amorçage (qu’elle appelle «BOOT MENU») en fonction du fabricant (qu’on appelle «constructeur» semble-t-il en informatique) et du modèle. Tel qu’indiqué ci-dessus, depuis la rédaction de cette documentation, on parle plus en plus d’UEFI que de BIOS.

Dans certains cas, on peut accéder directement au menu d’amorçage avec la touche indiquée dans la deuxième colonne. Dans les autres, il faut d’abord accéder à la configuration du BIOS/UEFI grâce à la touche de la première colonne.

Avec mon HP EliteBook 845 G8 Notebook PC, je n’étais pas beaucoup plus avancée parce que j’avais le choix entre les rangées «HP (Hewlett-Packard)» et «HP spectre x360».

J’ai fini par trouver dans un manuel qu’il s’agissait de la touche Échap (Esc), et ce, en cherchant «boot» dans ses pages. En écrivant ce billet, j’ai trouvé une page d’aide de HP qui relate l’évolution de cette touche depuis avant 2008… Notons que HP a maintenu l’appellation «BIOS» dans la plupart de son interface.

À vrai dire, pour accéder à la configuration du BIOS/UEFI la première fois, mon chum et moi avons appuyé sur les touches Échap, F2, F9, F12, Suppr (Del) simultanément sans savoir laquelle nous permettrait d’y entrer.

Bref, il faut chercher en ligne en utilisant le nom du constructeur de son ordinateur et des mots clés comme «accéder au BIOS» ou «accéder à l’UEFI».

Changer l’ordre d’amorçage

Les menus qui permettent de reconfigurer le BIOS/UEFI dépendent tout autant du constructeur et du modèle que la touche pour y accéder.

Sur mon ordinateur, la touche Échap appuyée dès que l’ordinateur est mis sous tension permet d’accéder à un menu de démarrage (startup menu). À partir de celui-ci, on peut accéder à la fois au menu d’amorçage (boot menu) grâce à la touche F9 ou encore à la configuration du BIOS (BIOS setup) en appuyant sur F10.

Photo d'un écran sur lequel la configuration du BIOS («BIOS Setup (F10)») est sélectionné dans le menu de démarrage («Startup Menu») de HP pour les ordinateurs portables et stations de travail professionnels utilisant Windows 10

Sélection de la configuration du BIOS («BIOS Setup (F10)») dans le menu de démarrage («Startup Menu») de HP pour les ordinateurs portables et stations de travail professionnels utilisant Windows 10
Source: «Ordinateurs HP – Démarrage sécurisé (Windows 10)», Base de connaissances de l’Assistance clientèle HP

L’interface graphique est beaucoup plus invitante que par le passé, mais ça reste des menus uniquement en anglais avec lesquels on interagit grâce au clavier plutôt qu’avec la souris.

On sélectionne ainsi une option en utilisant les flèches et jusqu’à ce que celle qu’on veut sélectionner soit en surbrillance. On fait ensuite un retour de chariot (ce qu’on appelle communément «faire Enter»).

Appuyer sur F10 m’amène donc dans un menu de configuration du BIOS qui comporte quatre onglets («Main», «Security», «Advanced» et «UEFI Drivers»).

Photo d'un écran sur lequel les options d'amorçage («Boot Options») sont sélectionnées dans le menu avancé («Advanced») de la configuration du BIOS de HP pour les ordinateurs portables et stations de travail professionnels utilisant Windows 10

Sélection des options d’amorçage («Boot Options») dans le menu avancé («Advanced») de la configuration du BIOS de HP pour les ordinateurs portables et stations de travail professionnels utilisant Windows 10
Source: «Ordinateurs HP – Démarrage sécurisé (Windows 10)», Base de connaissances de l’Assistance clientèle HP

C’est dans les options avancées («Advanced») que mon chum a trouvé ce qu’il cherchait, soit les options d’amorçage («Boot Options»). Pour se déplacer d’un onglet à l’autre, on utilise les flèches et . On utilise ensuite les flèches et pour se rendre dans les options de l’onglet.

Voici les étapes, donc, sur mon HP EliteBook 845 G8 Notebook PC, pour se rendre dans options d’amorçage:

  1. Appuyer sur F10 pour accéder à «BIOS Setup (F10)».
  2. Appuyer 2 fois sur la flèche pour accéder à l’onglet «Advanced».
  3. Appuyer 2 fois sur la flèche pour se rendre sur «Boot Options», puis faire un retour de chariot.
Ajouter un délai de démarrage

Pour faciliter l’accès au menu d’amorçage, on peut ajouter quelques secondes de délai de démarrage avec l’option «Startup Delay (sec.)» tout en haut du menu:

  1. Effectuer un retour de chariot pour accéder au menu déroulant qui indique le nombre de secondes du délai («0» étant l’option par défaut).
  2. Utiliser les flèches et pour choisir un nombre de secondes (j’ai mis 5).
  3. Effectuer un retour de chariot pour confirmer le choix et quitter le menu déroulant.
Changer l’ordre d’amorçage pour qu’il se fasse avec la clé USB avant le disque dur

On y arrive enfin! C’est au bas du même menu qu’on peut changer l’ordre d’amorçage pour qu’il se fasse avec la clé USB avant le disque dur, dans l’option «UEFI Boot Order»:

  1. Utiliser les flèches et pour se rendre sur «UEFI Boot Order».
  2. Effectuer un retour de chariot pour entrer dans le mini-menu (on reste sur la même page).
  3. Sélectionner «USB:» ou «M.2 SSD1: Windows Boot Manager» en utilisant les flèches et et en effectuant un retour de chariot.
  4. Utiliser encore une fois les flèches et pour changer l’ordre d’amorçage: «USB:» doit se retrouver en haut.
  5. Appuyer sur Échap pour sortir du mini-menu.

Les changements ont été effectués! Il faut maintenant les confirmer en sortant de la configuration du BIOS avant de redémarrer à partir de la clé.

  1. Appuyer 2 fois sur Échap pour sortir des options avancées puis de la configuration du BIOS.
  2. Appuyer 2 fois sur la flèche  et effectuer un retour de chariot pour répondre «Yes» à la question «Save Changes?».

Si la clé USB est dans l’ordi, il devrait automatiquement redémarrer en utilisant son contenu, ce qui permet d’arriver à l’écran convoité.

Tester la distribution

Pour tester la distribution, il faut que le média d’installation, soit la clé USB, se trouve dans l’ordinateur.

Lorsqu’on le met sous tension, on aboutit potentiellement sur cette interface dans laquelle on choisit «Try or Install Ubuntu». Dans certains cas, on ne passe pas par cet écran noir et on arrive directement à l’interface graphique reproduite ci-après.

Capture d'écran de l'nterface GNU GRUB version 2.06 proposant d'essayer ou d'installer Ubuntu («Try or Install Ubuntu»)

Interface GNU GRUB version 2.06 proposant d’essayer ou d’installer Ubuntu («Try or Install Ubuntu»)
Source: Pradeep Antil, «Ubuntu 22.04 LTS Installation Guide with Screenshots», LinuxBuzz, 22 avril 2022

En faisait un retour de chariot dans l’interface GNU GRUB ci-dessus, on parvient à l’interface graphique ci-dessous dans laquelle on peut s’assurer que la langue d’affichage sera le français:

Capture d'écran de l'interface graphique permettant de sélectionner la langue dans laquelle on essaie ou on installe Ubuntu

Interface graphique permettant de sélectionner la langue dans laquelle on essaie ou on installe Ubuntu
Source: Pradeep Antil, «Ubuntu 22.04 LTS Installation Guide with Screenshots», LinuxBuzz, 22 avril 2022

On peut sélectionner (avec la souris!) le français comme langue puis «Essayer Ubuntu». On commence alors une session autonome dans laquelle on voudra sans doute modifier des paramètres. Je présente deux cas spéciaux avant de suggérer ce qu’on doit tester et d’expliquer comment quitter.

Mais c’est encore et toujours mon système d’exploitation habituel!

Si on ne parvient pas aux interfaces ci-dessus et que l’ordinateur amorce plutôt le système d’exploitation habituel, pas de panique! Même lorsqu’on a changé l’ordre d’amorçage, il se peut que la clé ait besoin d’un peu d’aide pour se réveiller. Il faut alors refaire le détour par le menu de démarrage.

Modifier les paramètres

Pour rappel, la distribution que vous testez ne connaît rien de vos paramètres habituels. Si, comme moi, vous placez votre souris à gauche de votre clavier, et donc que le bouton droit est votre bouton principal, vous aurez de la difficulté à cliquer tant que vous n’aurez pas changé les paramètres de votre session.

Dans la première variante d’Ubuntu, il y a différentes façons d’accéder aux paramètres.

Capture d'écran pointant les «Paramètres» dans le tableau de bord (coin supérieur droit) de la première variante d'Ubuntu

Source: Le Tux Masqué, «Comment changer la disposition du clavier dans Ubuntu», Numétopia, 10 novembre 2021

En haut à droite: le tableau de bord

Quand on clique sur les icônes du tableau de bord dans le coin supérieur droit de l’écran principal, on ouvre un menu déroulant qui contient «Paramètres».

En bas à gauche: le menu des applications

On peut accèder aux paramètres au même endroit que toutes les autres applications (qu’on appelait anciennement des programmes ou des logiciels).

Dans le coin inférieur gauche, au bas de la barre de tâches (dock) se trouve un icône formé d’une grille de 9 points. Il représente le menu des applications.

Capture d'écran du bureau d'Ubuntu 20.04 LTS annotée pour montrer le tableau de bord (coin supérieur droit), «Activités» (coin supérieur gauche) et le menu des applications (coin inférieur gauche)

Le bureau d’Ubuntu 22.04 ressemble à celui de la version 20.04.
Source: Thierry Giard, «J’utilise Ubuntu 20.04», Zarbalib, 5 mai 2020

Lorsqu’on clique sur l’icône, toutes les applications s’affichent. On a alors deux options:

  1. Soit repérer l’icône «Paramètres» directement dans la grille d’applications et cliquer dessus.
  2. Soit taper «paramètres» dans la barre de recherche en haut et cliquer sur l’icône «Paramètres» qui apparaît dans les résultats.

On peut aussi taper le nom du paramètre qu’on cherche à modifier, par exemple «clavier», et en cliquant sur le résultat, la fenêtre de paramètres s’ouvrira au bon onglet.

En haut à gauche: «Activités»

Quand on clique sur «Activités» dans le coin supérieur gauche, on voit en un coup d’œil toutes les fenêtres actives, mais on retrouve aussi la même barre de recherche qui permet de lancer une application.

On peut également accéder à cet écran avec la touche de la fenêtre qui symbolise Windows. Elle est située sur la gauche entre fn et alt sur le clavier de mon portable et entre ctrl et alt sur le clavier à mon bureau.

Cas spéciaux: le clavier à la québécoise et Eduroam

Deux étapes importantes au début de mon test ont été de modifier la disposition des lettres sur mon clavier (pas AZERTY au Québec!) et de me connecter au wifi. Entrer un simple mot de passe ne pose pas problème, mais ça se corse lorsqu’on travaille dans une université et qu’on doit se connecter à Eduroam.

Si vous ne faites pas face à ces défis, bonne période d’essai!

Essayer Ubuntu avec le bon clavier

Comme Québécoise, j’utilise le clavier canadien multilingue standard. Je l’ai toujours vu appelé ainsi, mais Ubuntu l’a rendu assez difficile à trouver en le renommant «Canadian int’l».

L’interface sous Ubuntu 22.04 pour «Ajouter une source de saisie» n’est pas très intuitive parce qu’on voit d’abord une liste de langue plutôt qu’une liste d’agencements de clavier. Ça porte à confusion parce qu’il existe aussi un clavier qui s’appelle «Français (Canada)», différent du «Canadien multilingue standard».

La documentation d’Ubuntu-fr n’est d’ailleurs pas très utile sur ce point parce qu’elle n’est pas à jour. Voici comment procéder donc pour pouvoir utiliser le clavier canadien multilingue une fois dans les paramètres «Clavier»:

  1. Sélection de la langue du clavier dans la première variante d'Ubuntu

    Sélection de la langue du clavier avant de passer au nom de l’agencement
    Source: Le Tux Masqué, «Comment changer la disposition du clavier dans Ubuntu», Numétopia, 10 novembre 2021

    Cliquer sur le «+» au bas de la liste dans la première section, «Sources de saisie».

  2. Choisir «Français (Canada)» comme langue.
  3. Choisir «Canadian int’l» comme agencement de clavier.
  4. Supprimer les autres claviers en cliquant sur les trois petits points au bout à droite et en sélectionnant «Supprimer».

Si vous n’avez pas à vous connecter à Eduroam, vous pouvez passer tout de suite à la section qui suggère quoi tester.

Se connecter au wifi via Eduroam

Beaucoup d’universitaires accèdent à Internet dans leurs établissements à travers Eduroam. On s’authentifie comme membre du personnel ou du corps étudiant de son propre établissement même quand on utilise le wifi d’un autre établissement.

La page d’aide de mon université offre cinq options:

  • Eduroam: iPhone and iPad
  • Eduroam: Android
  • Eduroam: Windows
  • Eduroam: iMac and MacBook
  • Eduroam: Chromebook

Rien donc à première vue pour Linux ou Ubuntu. Toutefois, les Chromebooks roulent sur un système d’exploitation basé sur Linux.

On peut donc s’appuyer sur les instructions données pour Chromebook avec un changement en ce qui concerne le certificat: il faut cocher la case qui dit qu’il n’est pas nécessaire («Aucun certificat d’AC n’est requis»).

Voici ce que ç’a donné pour moi:

Capture d'écran effectuée le 25 juillet 2022 de la fenêtre d'authentification demandée par le réseau Wi-Fi eduroam dans Ubuntu 22.04 LTS

Capture d’écran effectuée le 25 juillet 2022 de la fenêtre d’authentification demandée par le réseau Wi-Fi eduroam dans Ubuntu 22.04 LTS

Qu’est-ce que je teste, au juste?

Travaillez ou jouez un peu dans l’environnement pour voir si tant son esthétique que ses fonctionnalités vous conviennent. J’ai constaté en testant Ubuntu Budgie que la localisation (traduction) de l’interface faisait défaut. C’est pourquoi j’ai ultimement choisi la première variante d’Ubuntu.

Pour quitter dans la première variante d’Ubuntu, cliquez dans le coin supérieur droit sur les icônes du tableau de bord. Le menu que nous avons déjà vu pour accéder aux paramètres comprend au bas l’élément «Éteindre / Fermer la session». Choisissez si vous voulez éteindre ou redémarrer votre ordinateur.

On vous demandera de retirer la clé USB puis de faire un retour de chariot:

Please remove the installation medium, then press ENTER:

Source: «Complete the Installation», Install Ubuntu desktop

Vous pouvez faire autant de sessions autonomes que vous le voulez pour tester la distribution, mais vous ne pourrez pas sauvegarder de fichiers ou de paramètres. Il faudra donc chaque fois reconfigurer le clavier et se connecter au réseau wifi, par exemple.

Lorsque vous croyez avoir trouvé chaussure à votre pied, vous pourrez installer la distribution que vous avez testée.

Installer la distribution

Vous avez confiance que vous avez trouvé la bonne variante d’Ubuntu? C’est le temps de l’installer plutôt que de juste la tester dans des sessions autonomes amorcées à partir de la clé USB?

On peut installer directement la distribution qu’on teste à partir de la session autonome, et ce, à l’aide d’une application mise en évidence dans la barre des tâches et sur le bureau. Procéder ainsi permet d’utiliser les paramètres de wifi qu’on a déjà établis.

De mon côté, j’ai dû recommencer l’installation parce que j’ai une édition Professionnelle ou Entreprise de Windows et que je veux pouvoir continuer à l’utiliser, pas seulement Ubuntu. C’est ce qu’on appelle une double amorçage ou dual boot.

Désactiver BitLocker

Alors que j’avais déjà complété la plupart des étapes pour l’installation, l’installateur m’a indiqué que mon ordinateur utilisait BitLocker et que je devais désactiver cette protection des données pour mettre en place le double amorçage que j’avais sélectionné.

Pour vous éviter à avoir à recommencer le processus d’installation, je vous invite donc à commencer par désactiver BitLocker si votre ordinateur risque de l’utiliser. D’après Wikipédia, les éditions Professionnelle et Entreprise de Windows 8, 8.1, 10 et 11 viennent toutes avec BitLocker.

L’installateur pointait vers une publication sur un forum d’Ubuntu qui explique très clairement à quoi sert cette protection des données et comment la désactiver si on veut pouvoir continuer à utiliser Windows en plus d’Ubuntu.

Voici ma traduction:

  1. Redémarrer sous Windows.
  2. Faire une sauvegarde de ses données.
  3. Chercher «BitLocker» dans la barre de recherche dans le bas pour ouvrir les paramètres associés («Gérer BitLocker»).
  4. Cliquer sur «Désactiver BitLocker» si ce n’est pas déjà indiqué «Windows (C:) BitLocker désactivé».
  5. Confirmer et continuer à travailler pendant que la désencryption se fait.
  6. Redémarrer sous Windows une fois l’opération terminée pour s’assurer que tout fonctionne toujours bien.
  7. Redémarrer sous la clé USB pour utiliser l’installateur de sa variante d’Ubuntu.

Installer Ubuntu 22.04 LTS

L’installation est somme toute intuitive, donc je ne m’étendrai pas sur le sujet, même si la documentation d’Ubuntu-fr ne semble pas complètement à jour.

Le tutoriel en anglais est plus récent (novembre 2021, version 20.04 LTS), mais ne propose pas de capture d’écran pour l’étape (conditionnelle, certes) qui consiste à sélectionner un réseau sans fil.

Voici donc la séquence qui s’est présentée à moi lors de ma deuxième tentative d’installation d’Ubuntu 22.04 LTS, après avoir désactivé BitLocker:

  1. Sélectionner la langue de l’installation;
  2. Sélectionner la disposition du clavier: «Français (Canada)» > «Français (Canada) – Canadian (intl.)»;
  3. Sélectionner un réseau sans fil;
  4. Choisir ses options pour les logiciels (plus ou moins de logiciels) et les mises à jour;
  5. Sélectionner le type d’installation: double amorçage ou suppression de Windows;
  6. Configurer le partitionnement (j’ai accepté le partitionnement proposé par défaut);
  7. Sélectionner son emplacement géographique;
  8. Créer ses identifiants pour son compte (divers noms et un mot de passe).

Après cette série, finis les choix potentiellement anxiogènes! On n’a qu’à attendre que l’installation se termine. L’étape 10 du tutoriel en anglais présente bien les toutes dernières étapes.

Retirer le délai de démarrage

Si vous avez dû changer l’ordre d’amorçage et que vous en aviez profité pour ajouter un délai de démarrage, on peut retourner dans la configuration du BIOS/UEFI pour le remettre à zéro.

Utiliser Windows

Ubuntu est maintenant le système d’exploitation par défaut de mon ordinateur. Lorsqu’il démarre, une interface GNU GRUB sur écran noir apparaît pendant quelques secondes pour indiquer que la session s’amorcera avec Ubuntu.

C’est à ce moment que je peux utiliser les flèches et pour sélectionner plutôt Windows.

Conclusion

Je suis heureuse de retrouver dans la première variante d’Ubuntu les classiques des logiciels libres que j’ai déjà utilisés ou que j’utilise toujours:

Comme Mac ou mieux

J’étais contente de constater qu’il y a la possibilité de voir toutes les fenêtres actives en un seul coup d’œil, comme sur Mac, avec une seule touche: la fenêtre qui symbolise Windows située sur la gauche entre fn et alt sur le clavier de mon portable et entre ctrl et alt sur le clavier à mon bureau. On peut aussi y accéder en cliquant sur «Activités» en haut à gauche.

Effectuer des captures d’écran est bien plus facile que sur Mac. Tout d’abord, les claviers Windows comprennent des touches pour prt scr (print screen ou «impression de l’écran»). De plus, le menu contextuel des fenêtres du système Ubuntu, auquel on accède en faisant un clic droit dans la portion du haut, comprend une fonction «Prendre une capture d’écran».

Ce que Mac fait de mieux

Je vais certainement m’ennuyer du logiciel hyper polyvalent Aperçu (Preview) de Mac. Il permet à même la visionneuse d’images et de pdf de les modifier, que ce soit en les rognant et en changeant leurs dimensions dans le cas des images ou en les annotant dans le cas des pdf. C’est vraiment magique.

J’ai découvert que, dans les programmes intégrés à la première variante d’Ubuntu, on retrouve Shotwell qui permet de modifier les images (il est conçu pour gérer les photos). Je verrai plus tard pour les pdf.

J’ai noté par ailleurs qu’Ubuntu ne reconnaît pas mes écouteurs Bluetooth. J’ai trouvé un billet de 2018 par Niels van der Molen intitulé «How to get Bluetooth headphones to work with Ubuntu» qui devrait m’aider, mais je ne me suis pas encore lancée dans sa lecture.

Une étape à la fois…

De l’importance de la documentation

Le retour au libre (j’utilisais Ubuntu durant mes premières années universitaires) et l’écriture de ce billet m’ont rappelé que les pages d’aide, ou ce que les gens en informatique appellent la documentation, sont depuis longtemps importantes pour moi.

Ma première exposition à la fois au libre et à la traduction a été mon implication bénévole au sein de l’équipe de localisation de Mozilla. Mon nom figure d’ailleurs toujours au générique de Firefox ( =



Cite this blog post
Marie Léger-St-Jean (2022, August 8). Installer Ubuntu pour accélérer son virage vers le libre. Price One Penny, new series. Retrieved June 15, 2024, from https://doi.org/10.58079/szhe

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search