Réflexions sur quatre congrès virtuels en deux semaines

Read in English
Durant les semaines du 31 mai et du 14 juin, j’ai assisté à un total de quatre colloques et congrès virtuels. J’ai voulu consigner mes impressions tant pour les personnes qui organiseront des événements virtuels que pour celles qui se demandent si ça vaut la peine d’investir le temps (et parfois l’argent) pour y participer.

À noter que je n’ai présenté de communication que dans un seul de ces événements, qui coûtait très cher. J’ai décidé d’assister aux trois autres parce qu’ils étaient gratuits. Mon expérience positive m’incite à débourser la vingtaine de dollars exigée pour participer au congrès de la Victorian Popular Fiction Association (VPFA) même si je n’y suis pas conférencière.

Attention! Je suis extrêmement extravertie. J’adore entrer en lien avec les gens et les mettre en lien. Les personnes plus introverties abordent les colloques et congrès différemment, et ne verraient donc pas les mêmes avantages et inconvénients que moi aux différents modèles discutés ci-dessous.

Discuter ensemble, en virtuel comme en présentiel

Les colloques et congrès virtuels sont aussi épuisants que ceux en présentiel, mais peuvent être presque aussi nourrissants. Pour en profiter au maximum, assurez-vous de vous y dédier à temps plein comme vous le feriez en personne. La tentation peut être grande de faire plusieurs choses en même temps, mais vous ne serez pas pleinement présent·e ni pour la stimulation intellectuelle ni pour le réseautage.

Je constate qu’au final je veux sentir que je suis dans une salle avec d’autres gens plutôt que seule devant mon ordinateur à regarder des communications. En personne, lorsque j’ai un coup de fatigue, je trouve souvent plus simple de me bourrer de caféine et de suivre mes ami·e·s d’un panel à l’autre que de rentrer dormir. L’attrait du lit est beaucoup plus grand quand on assiste à des événements virtuels de la maison (et qu’on n’a pas de cafetière).

Il y a différentes façons de donner un sentiment de communauté, que ce soit en allumant les caméras durant les discussions ou en échangeant sur Twitter à l’aide du mot-clé de l’événement, mais ça dépend aussi de la volonté de participer et du niveau de confort des personnes présentes. L’organisation devrait aussi prévoir des moments pour socialiser comme on le ferait dans les cocktails.

Je veux par ailleurs pouvoir aller à la rencontre des gens dans les pauses comme je le ferais dans un congrès en présentiel, directement après un panel ou à la table à café. Cette simplicité (du moins pour les personnes extraverties) ne peut être reproduite dans les événements virtuels puisqu’il faut envoyer un message à la personne et convenir d’un moment de rencontre.

Les organisations peuvent faciliter le tout avec une messagerie interne ou en rendant disponible les contacts non seulement des conférenciers et conférencières, mais de toutes les personnes présentes. Il faut juste développer le réflexe d’aller virtuellement à la rencontre de l’autre.

Voici ainsi mon bilan des quatre colloque et congrès suivants:

Société bibliographique du Canada

Coût: contribution volontaire

Taille: 30-40 personnes?

Plateforme: EventBrite + GoogleDoc + Zoom

Horaire: 2 ou 3 panels de 1h45 par jour, 15 minutes de pause entre chacun

Format des panels: 3 communications de ~20 minutes, pré-enregistrées mais diffusées en direct suivies d’une séance de questions-réponses

Décalage horaire à accommoder: 5,5 heures (Pacifique jusqu’à Terre-Neuve)

Degré de familiarité: je ne connaissais aucun·e panelliste

Occasions de socialiser: aucune

Participation en direct sur Twitter: #BSCSbC21, juste Leslie Howsam et moi


J’ai décidé d’assister à ce colloque pour évaluer si je voudrais à l’avenir voyager au Canada pour y participer en présentiel. En un mot, non. Je n’ai pas senti que j’étais dans une salle avec une communauté, mais plutôt que nous étions plusieurs personnes à être seule devant leur écran, sans occasion de socialiser durant ou entre les panels.

Mes réflexes nationalistes n’ont pas apprécié que le premier courriel que j’ai reçu après m’être inscrite n’était qu’en anglais. Le reste des communications était bilingue, mais mes soupçons concernant le non-bilinguisme de la société ont été confirmés quand j’ai constaté qu’il n’y avait qu’une seule communication en français dans tout le colloque.

Disons que la SbC partait avec deux prises contre elle, et ce, simplement pour des raisons politiques (oui, je sais, j’étudie la littérature anglaise, je n’ai pas de problème à m’exprimer en anglais et je vais généralement dans des événements unilingues anglophones… c’est compliqué). Rien à avoir avec l’organisation de l’événement virtuel.

La création d’un Slack pour stimuler la participation était une bonne idée, mais ça n’a pas levé, sauf pour le groupe d’intérêt sur les collections spéciales. Ça pourrait être un bon outil de communication tant pendant un événement que durant le reste de l’année, mais pas plus de mouvement depuis le colloque.

Autre bon coup qui, lui, a réussi: le choix de diffuser des communications pré-enregistrées. Ç’a permis d’éviter les problèmes techniques liés au partage d’écran en direct.

Toutefois, le peu d’activité sur Twitter, le fait que les caméras étaient fermées, qu’on répondait principalement aux questions directement dans la fonction dédiée de Zoom et l’absence d’occasions de socialisation ont eu raison de ma curiosité à l’égard de la SbC. On se reprendra si elle vient à Montréal!

J’ai malgré tout rencontré Stephen Webb. Nous nous sommes donné rendez-vous la semaine suivante, avons jasé pendant deux heures et nous sommes quittés en nous disant que nous garderions contact. Il m’a écrit depuis qu’il est en lien avec une autre participante que je devrais moi aussi rencontrer. L’expérience décevante n’a donc pas été une perte de temps, juste plus ardue et moins bénéfique qu’elle aurait pu l’être.

 

Popular Culture Association/American Culture Association

Coût: 50$US (frais d’adhésion) + 95$US (frais de participation au congrès)

Taille: des centaines de personnes

Plateforme: Pathable (Zoom)

Horaire: 6 panels de 1h20 par jour, 10 minutes de pause entre chacun

Format des panels: 1h20, comme en présentiel mais sur Zoom

Décalage horaire à accommoder: comme si c’était en personne à Boston

Degré de familiarité: je connaissais les deux organisateurs de ma section

Occasions de socialiser: 3 heures la veille du début du congrès

Participation en direct sur Twitter: #PCAACA21, variable selon les sections, mais c’était somme toute très actif


Les organisateurs de ma section m’avait avertie que l’association n’était pas reconnue pour être ben ben techno, et donc j’ai été très agréablement surprise par le déroulement du congrès. C’est probablement dû en grande partie à la plateforme Pathable qui a été choisie pour tenir l’événement. Ça demeure toutefois le comité organisateur qui a décidé d’avoir un événement de socialisation pré-congrès (le mardi soir, la veille du début de la conférence) qui m’a tout de suite réconciliée avec les congrès virtuels.

La plateforme Pathable ne reproduit pas que le côté «communications savantes» des congrès mais aussi tous les aspects liés au réseautage. Les participant·e·s avaient l’occasion de préparer un profil avec photo, bio, pronoms et contacts en plus de se monter une liste de «personnes à rencontrer». Le comité organisateur n’a jamais configuré les rencontres privées donc on ne pouvait pas utiliser la fonction «trouvons un moment pour nous rencontrer», mais la messagerie interne m’a permis de communiquer avec toutes les personnes que j’ai voulu rencontrer.

Dans les panels auxquels j’ai assisté, le tiers des personnes présentes ouvraient leur caméra. On avait donc l’impression d’être dans une salle ensemble. PCA/ACA est clairement le lieu pour l’étude de certains domaines de la culture populaire, et ce, pas juste aux États-Unis ou en Amérique du Nord. Le contingent australien, qui devait se lever en pleine nuit, était vraiment impressionnant dans le groupe qui étudie les romans d’amour.

C’était suffisamment actif sur Twitter pour que le congrès puisse penser à l’avenir à publiciser des mots-clés (hashtags) pour chaque panel. Certains groupes, dont celui sur les romans d’amour, utilisaient d’ailleurs leur propre mot-clé (#PCARomance). Les mots-clés distincts par panel permettent de suivre la discussion uniquement dans celui auquel on participe dans les congrès avec des douzaines de panels qui se tiennent en même temps.

Tous les panels ont été enregistrés et seront disponibles pour être visionnés jusqu’à la fin de l’été. C’est certainement intéressant étant donné le nombre de panels qui se déroulent en simultané. Je ne sais toutefois pas si j’aurai la motivation de regarder ces enregistrements en différé. Une amie a suggéré de rassembler quelques personnes pour en faire un événement collectif (watch party).

J’étais déçue que le congrès ne puisse pas se tenir en présentiel parce ce que la ville hôte, Boston, était sur la côte est. Le prochain se tiendra à Seattle en avril prochain. Je n’y suis jamais allée. Peut-être que je pourrais le coupler à mon voyage à Los Angeles pour visiter la collection de penny bloods d’Arthur William Lawson à UCLA!

 

European Society for Periodical Research (ESPRit)

Coût: gratuit

Taille: +200 personnes inscrites, 35 en moyenne par panel

Plateforme: site Web maison + YouTube + Zoom

Horaire: affiches avec 25 minutes de discussion le vendredi précédant le début du «vrai» congrès

3 événements par jour, de 15 minutes à une heure de pause entre chacun:

  • 1 ou 2 panel(s) de 45 minutes par jour;
  • 2 tables rondes d’une heure pour tout le congrès;
  • 3 conférences principales (keynotes) d’une heure pour tout le congrès

Format des panels: 3 ou 4 communications pré-enregistrées de 15 à 40 minutes à regarder de manière asynchrone sur une chaîne YouTube privée, discussion de 45 minutes en direct commençant par un résumé oral de quelques minutes de chaque communication par le ou la panelliste

Décalage horaire à accommoder: 10 heures (heure de l’Est à heure de l’Inde)

Degré de familiarité: j’ai assisté au congrès d’ESPRit en 2018 à Paris

Occasions de socialiser: une salle Zoom («The Lounge») était aménagée pour toutes les pauses et les fins de journée, un banquet était prévu avec une recette du Currywurst que nous pouvions reproduire et manger ensemble

Participation en direct sur Twitter: #2021ESPRit, juste le comité organisateur et moi

La gang d’ESPRit à Bochum en Allemagne a fait un superbe travail, reconstituant en virtuel l’expérience des congrès, et ce, en repartant de la base: l’émotion. C’est pourquoi elle a envoyé par la poste aux panellistes le genre de trucs qu’on reçoit habituellement, comme des stylos, mais aussi des produits locaux comme du miel et même des saucisses pour faire un Currywurst tout le monde en même temps pour le banquet.

C’est le pessimisme de Christian Bachmann, membre du comité organisateur, à l’égard de la pandémie qui lui a donné le temps d’organiser cet événement virtuel ultra réussi, repensé de A à Z. Comme ESPRit n’est pas une organisation de la taille de PCA/ACA, l’adoption d’une plateforme clé-en-main n’était pas possible car trop coûteuse.

Le comité organisateur a conclu que le site Web devait être le cœur du congrès. Il a donc été conçu spécifiquement pour l’événement, et Christian a effectué des changements en temps réel tout au long du congrès pour rectifier la présentation et ajouter des informations.

La seule différence avec Pathable semble au final avoir été l’absence d’une messagerie interne. Les participant·e·s devaient s’inscrire sur le site, ce qui créait automatiquement un profil avec leur adresse courriel. On pouvait y ajouter une photo, une bio et des contacts.

L’atmosphère était super conviviale. La moitié des personnes présentes allumaient leur caméra. J’ai rencontré deux personnes (un post-doc qui présentait une affiche et une connaissance de Paris 2018) dans une salle de conférence (break-out room) dans «The Lounge». J’ai même pu boire une bière en vrai avec un panelliste de McGill, donc à Montréal comme moi!

Fait notable: la volonté d’autocritique du comité organisateur a fait en sorte que nous avons consacré la dernière séance non pas à une dissection des avancées scientifiques du congrès mais bien à un bilan de son organisation. Après une présentation avec diapositives de Christian, une des doyennes de la société, Laurel Brake, a fait un superbe résumé des choix organisationnels.

Cette dernière séance a permis de souligner l’apport de Future States: Modernity and national identity in popular magazines, 1890-1945, un colloque presque carboneutre (nearly carbon neutral ou NCN) tenu l’année dernière qui a été une importante source d’inspiration.

Communications asynchrones

La seule ombre au tableau pour moi a été que j’ai trouvé difficile de me motiver à regarder les communications à l’avance. Comme les séances en simultané se tenaient le matin pour moi, je devais regarder les communications pré-enregistrées la veille, après une demi-journée de congrès suivie du temps de socialisation qui clôt généralement la soirée, mais qui se trouvait à se passer dans l’après-midi pour moi.

Laurel a soutenu que ce format de communications pré-enregistrées qu’on pouvait commenter jusqu’à une semaine avant le début du colloque démontrait qu’il était organisé par des pédagogues, pour des pédagogues. En effet, il nous invitait à digérer la matière sur une plus longue durée et à l’aide d’une discussion à l’écrit avant celle en direct.

Comme diraient les Français·es, j’ai «loupé» la première phase de visionnement et de commentaire. Je trouve que c’est un bien plus grand investissement en temps que le simple fait de me pointer à un panel. C’est certainement plus enrichissant, mais je ne sais pas si j’en aurais la motivation maintenant que je comprends mieux la dynamique (moi qui ne suis pas pédagogue!).

Les communications pré-enregistrées et les enregistrements des événements en direct sont demeurés disponibles jusqu’à la fin du mois. Le comité organisateur les placera sur une chaîne YouTube publique dans les cas où le conférencier ou la conférencière donnera son accord.

Cool ≠ Twitter

L’absence d’une majorité de panellistes sur Twitter m’a surprise: j’associe l’activité sur Twitter à une plus grande ouverture, à une volonté de diffuser la recherche, d’entrer en contact les uns avec les autres, de collaborer, de socialiser, de rire ensemble. Bref, mon genre de monde. J’ai donc découvert que «mon genre de monde» ne se trouve pas juste sur Twitter.

Quand nous en avons discuté dans une des nombreuses occasions de socialiser, un participant a souligné une différence importante entre le clavardage (chat) sur Zoom et Twitter: le clavardage est un espace privé où on peut se sentir en sécurité; Twitter est entièrement public.

Je n’avais pas réalisé qu’on pouvait vouloir discuter «entre nous» dans une société savante. Ça me semble un besoin parfaitement légitime. Le désavantage, c’est que ça rend ça plus difficile pour moi de déterminer si ça vaut la peine que je débourse pour me déplacer dans le congrès d’une société que je ne connais pas déjà.

Je pensais pouvoir utiliser le niveau d’activité de ses membres sur Twitter pour jauger à quel point une société est chaleureuse, mais ESPRit me donne un faux négatif! J’ai bien envie d’aller à Budapest en septembre prochain!

 

Universal Short Title Catalogue

Coût: gratuit

Taille: 50-70 personnes?

Plateforme: EventBrite + Microsoft Teams

Horaire: 3 ou 4 panels de 1h30 par jour, 30 minutes ou une heure entre chacun

Format des panels: 3 présentations écrites communiquées à l’avance, discussion de 1h30 en direct commençant par un résumé d’une dizaine de minutes avec diapositives de chaque communication par la ou le panelliste

Décalage horaire à accommoder: comme si c’était en personne à St Andrews en Écosse

Degré de familiarité: une amie y présentait, et j’ai reconnu un ou deux autres noms dans le programme

Occasions de socialiser: une activité pour les étudiant·e·s et une autre pour tout le monde

Participation en direct sur Twitter: #USTC21, c’était relativement actif durant la portion questions-réponses

Je n’avais jamais entendu parler du congrès du USTC qui se tient à chaque année à St Andrews en Écosse parce que ce catalogue couvre de 1601 à 1650, beaucoup plus tôt que mes années 1830 à 1860. Toutefois, j’ai appris par mon amie qui présentait qu’il semblait avoir été ouvert à toutes les périodes historiques, donc je me suis empressée de m’inscrire comme c’était gratuit.

La plateforme de Microsoft Teams n’est pas parfaite (je n’aime notamment pas le fait qu’on distingue entre les personnes qui présentent et le reste du monde dans la salle), mais ça convient tout à fait. Ça permet d’ailleurs de conserver le clavardage de chaque séance au même endroit. Les personnes présentes pouvaient aussi utiliser les salles de réunion sur la plateforme pour discuter en privé. Le programme, les présentations communiquées à l’avance et une liste de contacts étaient aussi disponibles dans la section «Fichiers» du groupe.

Je trouvais que c’était très onéreux en matière de temps de devoir lire trois communications écrites avant une discussion d’une heure trente, mais j’ai constaté que la mini-présentation que les panellistes faisaient au début de la discussion suffit. Je l’ai donc par la suite abordé comme un congrès en présentiel avec la possibilité d’en lire davantage après si je le désirais.

Au final, peu de panels contenaient des communications qui m’intéressaient parce que ça demeurait un événement principalement pour les dix-septiémistes. La présence plus importante sur Twitter m’a néanmoins permis de faire des liens utiles et de partager ce que j’entendais avec mes contacts en les citant (tagging them), dont mon nouvel ami rencontré à la SbC! Tout est dans tout.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search