Interlude

J’ai disparu pendant six mois durant lesquels j’ai soigné une tendinite au poignet gauche et beaucoup d’anxiété en plus de soumettre trois publications avec des co-auteures extraordinaires. Elles m’ont permis de plonger davantage dans divers aspects de Price One Penny sur lesquels je n’avais pas encore publié: mon édition électronique des Mystères de l’Inquisition et plus particulièrement la traduction de G. W. M. Reynolds, les romans d’écrivaines des États-Unis transposés au Royaume-Uni dans le London Journal et The Guide ainsi que les romans gothiques réimprimés dans les penny bloods.

Par ailleurs, des notes de recherche que j’ai rédigées l’an dernier et traduites à l’automne après révision par l’équipe de recherche d’Érudit ont finalement été publiées. La volonté de m’en servir pour la promotion de mes habiletés de recherche au-delà de l’histoire du livre m’a poussée à réviser mon site Web. J’ai été soulagée de découvrir d’excellents modèles (templates) qui utilisent HTML5 et CSS3 pour produire des sites Web réactifs (responsive). Je suis très heureuse de constater que mes apprentissages autodidactes à l’âge de 14 ans me suffisent pour produire des sites qui s’affichent bien sur les téléphones cellulaires. C’est une excellente nouvelle pour Price One Penny!

Me replonger dans la conception Web m’a permis de me remettre doucement dans le bain de la programmation. Une offre d’emploi pour un doctorat assorti de financement à l’université Leiden aux Pays-Bas m’a remise sur la piste des données ouvertes liées (linked open data).

J’ai passé l’automne à chercher à comprendre l’utilité de rendre les données contenues dans ma base de données disponibles sous forme de données ouvertes liées, surtout dans un contexte où les identifiants URI (acronyme de Uniform Resource Identifier) manquent ou ne sont pas réellement uniques.

J’ai pensé proposer comme projet de recherche pour ce doctorat à Leiden l’élaboration d’une infrastructure permettant de mettre en lien de plus petits projets cataloguant divers aspects de la culture populaire (littérature, théâtre et chanson), ce que Kate McGettigan et moi appelons des “boutique databases” dans notre article de 2018. En préparant ma proposition, j’ai découvert que la solution existait déjà: Wikidata!

J’étais sidérée de ne pas en avoir entendu avant. J’ai consulté les personnes que j’avais approchées à l’automne pour en savoir plus sur l’état des données ouvertes liées pour avoir leur avis: certains ne connaissaient pas. Dans mon prochain billet, je vous présenterai donc les démarches que j’ai entreprises jusqu’à présent pour pouvoir déposer les données de Price One Penny dans Wikidata.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search