La gestion de projet, façon humanités numériques

Je me suis lancée hier à temps plein dans la mise à jour de mon site Price One Penny pour laquelle j’ai reçu une subvention de recherche, la Field Development Grant, gracieuseté de la Research Society for Victorian Periodicals et de la vénérable Eileen Curran. Son legs à la société savante à laquelle elle a dédié plusieurs décennies finance une panoplie de prix et subventions accessibles aux chercheuses et chercheurs indépendants comme moi.

Comment me suis-je retrouvée ici?

Mon site Web, créé durant les études doctorales que je n’ai jamais complétées, fêtera ses 10 ans en décembre. Depuis cinq ans s’allonge la liste, mi-wish list, mi-to-do list, de problèmes que j’aimerais réglés et de fonctionnalités que j’aimerais ajouter sans que je ne prenne le temps de m’y mettre. L’entretien d’un site Web n’était jamais ce qu’il y avait de plus d’excitant dans les activités que je pouvais accomplir comme femme qui fait de la recherche pour le plaisir du travail de détective et de passer du temps avec les ami·e·s rencontrés au fil des (soirées à boire dans les) congrès.

En remettant mon chapeau de chercheuse à temps plein et en enfilant pour la première fois depuis mes études les habits de chercheuse subventionnée, j’ai décidé d’aborder cette mise à jour du site Web avec une approche plus structurée. C’est en partie parce que je suis devenue entretemps travailleuse autonome et que j’utilise Toggl pour calculer le temps que je passe sur mes tâches et ainsi faciliter la facturation.

J’allais devoir subdiviser ce gros projet en plus petits morceaux à entrer dans le logiciel de suivi du temps: comment les nommer? Ce sont souvent de bêtes considérations terminologiques qui m’amènent à faire des recherches sur la méthodologie.

De plus, j’ai décidé de suivre l’injonction de «Document ALL the things!» de Rebecca Sutton Koeser, trouvée en faisant ces recherches. J’ai tout de suite pensé à la plateforme hypotheses.org pour tenir un carnet de recherche ouvert. J’ai donc passé 2 heures et quart (merci Toggl!) hier à préparer ma demande et je pensais avoir une autre semaine pour réfléchir à comment je gérerais les deux langues dans lesquelles j’écris, mais non! Céline Guilleux a été rapide comme l’éclair, et mon carnet était déjà créé quand je me suis levée ce matin. Voici donc le récit (du début) de mes recherches d’hier.

Docteur Google, que prescrivez-vous comme gestion de projet?

J’ai commencé mes recherches comme je les fais généralement: avec un appel à tou·te·s sur les réseaux sociaux et une recherche sur Google en attendant les réponses. Mon tweet a été partagé, mais n’a pas suscité de réponses. Sur Google, ma recherche initiale en utilisant les mots-clés «digital project management» a produit des résultats emplis de vacuité, comme cette image si parlante:

Project Management + Digital = Digital Project Management

Aston, Ben. «What Is Digital Project Management?» The Digital Project Manager, 10 nov. 2016.

J’ai éventuellement changé de mots-clés: «website project management». De cette façon, j’ai trouvé le bien meilleur article de Karen Cartar (je crois qu’il s’agit d’un pseudonyme), «A Comprehensive Guide to Managing Web Development Projects», publié le 28 juin 2019. Enfin, des phases avec des noms clairs, et cette notion de charte de projet qui m’était inconnue. Toutefois, la définition des besoins de la clientèle se trouvait au centre de la démarche, ce qui s’applique moins directement à la recherche universitaire.

C’est là que je me suis souvenue que je me revendiquais d’une discipline qui a l’habitude des sites Web… pourquoi pas chercher «digital humanities project management»?

De meilleures ressources pour me guider

Mes recherches avec ces nouveaux mots-clés ont été beaucoup plus fructueuses. Dans ce billet, je me concentre sur ce que j’ai trouvé le site du Emory Center for Digital Scholarship, à l’université du même nom à Atlanta en Georgie. Je devrai attendre un autre billet pour entrer dans les détails des trouvailles faites sur le site du Center for Digital Humanities @Princeton, à l’université du même nom dans la ville du même nom au New Jersey.

Le cycle de vie d’un projet numérique

Le schéma ci-dessous d’Emory n’est pas très utile pour sa représentation visuelle des phases d’un projet numérique, mais il donne une liste intéressante des documents à préparer à chaque étape.

Schematic representation of the stage of LITS Project Management Lite

Library & Information Technology Services (LITS) Project Management Office (PMO). «LITS Project Management Lite.» Atlanta: Emory University, 18 mai 2016.

On voit sous la phase d’initiation la charte de projet (Charter) dont Karen avait parlée.

Chaque phase est reprise plus en détail dans Project Management for the Digital Humanities (PM4DH), également d’Emory. On y ajoute une phase initiale de demande de financement (Proposal). C’est une ressource bien structurée pour apprivoiser les projets numériques, mais plusieurs liens sont brisés, illustration ironique de cette difficulté constante d’entretenir et de maintenir à jour des projets numériques.

Voici la table des matières:

J’ai aussi trouvé le schéma suivant dans une présentation de l’équipe de Princeton au sein d’un panel à DH 2018 Mexico intitulée «Design for Digital Humanities Project Management».

Transparent Documentation

Ermolaev, Natalia, Rebecca Munson et Xinyi Li. «Design for Digital Humanities Project Management». Présenté à Digital Humanities, Mexico, 26-29 juin 2018, diapo 23.

Je n’ai pas eu le temps d’essayer de tout comprendre, mais ça me semble potentiellement très instructif.

Documentation à produire

Je retiens jusqu’à maintenant l’importance de deux documents:

  • une charte de projet;
  • un plan de travail détaillé, mais aussi changeant.

Le partage transparent des chartes de projet de l’équipe de Princeton, que Koeser dans l’article cité ci-dessus appelle des «works of scholarship», m’a permis de constater que le contenu des chartes de projet pouvaient être très variable, de la charte de deux pages donnée en exemple sur le site d’Emory aux 32 pages de la dernière publiée par Princeton.

L’analyse comparative des sections de cinq chartes de projet différentes que j’ai effectuée hier devra attendre un autre billet. Toutefois, elle m’a permis de conclure que celles de Princeton débordaient de la phase d’initiation pour résumer aussi celle de planification. En effet, elles couvrent à leur façon tous les éléments qu’Emory présente dans le schéma ci-dessus à la phase de planification:

  • scope statement;
  • project schedule;
  • milestone timeline.

Une fois que j’aurai recensé les projets associés et similaires au mien, je leur écrirai pour leur demander s’ils acceptent de partager leur charte de projet et leur plan de travail, s’ils en ont. Melodee Beals m’a déjà répondu que The Atlas of Digitized Newspapers et le projet duquel il est né, Oceanic Exchanges, n’ont pas de chartes à proprement parler.

Conclusion et suite (oui oui, dans cet ordre!)

J’ai adoré hier me plonger tête première non seulement dans mon identité de chercheuse à temps plein, mais aussi dans la recherche d’une approche plus structurée à ma gestion de projet. L’apparition plus rapide que prévue de mon carnet de recherche me permet d’en parler tout de suite, mais me confronte aussi plus rapidement que prévu au défi de la documentation de mon processus (combien de temps y consacrer?) et de son caractère que je voudrais bilingue (combien de temps consacrer à traduire? quelle langue privilégiée?).

Aujourd’hui, ma journée a été dédiée à la création du carnet et à rédiger ce premier billet. En me repassant à travers les discussions sur mon fil Twitter d’hier et d’aujourd’hui, je ne veux pas oublier de:


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search